Texte plus petit Texte plus grand Imprimer cette page

Marie-Josèphe Bonnet: "C’est la lutte des classes mondiale sur le front de la procréation."

Mis en ligne le 24.07.2014 à 05:52

Anna Lietti

Interview. Oui, on peut s’opposer aux mères porteuses, et même au mariage gay, sans être catholique et de droite. La preuve par une féministe historique, qui veut déverrouiller le débat.

«Monsieur le président de la République...» De Jacques Delors à René Frydman, en passant par Yvette Roudy, c’est la fine fleur de la gauche française qui signe l’appel à François Hollande contre le recours aux mères porteuses rendu public la semaine dernière (collectif-corp.com).

A l’origine de cette initiative, une historienne et féministe, militante homosexuelle de la première heure. L’an dernier, la cofondatrice des Gouines rouges signait un livre* dans lequel, au nom des idéaux d’émancipation des années 70, elle s’opposait au mariage gay et aux dérives de la procrétion médicalement assistée. Arguments d’un esprit libre.

Le recours aux mères porteuses est interdit en France, comme en Suisse, mais de plus en plus de couples s’adonnent au tourisme procréatif. Que s’est-il passé dans le cas qui a déclenché votre appel au président de la République?

Il s’agit de jumelles nées d’une mère porteuse aux Etats-Unis. Elles sont donc citoyennes américaines, alors que le couple commanditaire est français. L’état civil français a refusé d’enregistrer leur filiation, et la Cour européenne des droits de l’homme a condamné la France pour ce refus. Si elle cède, ce sera le triomphe de la politique du fait accompli. Comme de dire aux couples: c’est interdit en France mais, si vous allez acheter un bébé à l’étranger, au retour, le lien de filiation sera enregistré par l’état civil français. Il suffit d’avoir l’argent.

François Hollande s’est engagé formellement contre la gestation pour autrui (GPA)...

Dans les mots en 2013. Mais dans les faits aujourd’hui? Si la France ne fait pas appel contre cet arrêt, François Hollande aura, de fait, contribué à la légitimation de cette pratique: on ne pourra plus interdire longtemps la GPA en France, tout en reconnaissant ses effets. Le Collectif pour le respect de la personne (lire le profil ci-dessus) demande au président de s’opposer publiquement à l’admission par le droit des contrats de mères porteuses. Et aussi d’être le promoteur d’un projet de convention internationale interdisant le marché des bébés.

Pourquoi êtes-vous contre la GPA?

On encourage des mères à abandonner leur enfant, ce dernier devient un produit, une chose. C’est une instrumentalisation des femmes au profit d’un néolibéralisme aliénant. La procréation était un acte gratuit, nous sommes entrés dans l’ère de sa marchandisation et d’une nouvelle marchandisation du corps féminin. Des milliers de femmes pauvres sont incitées à produire des bébés pour des couples riches et à vendre leurs ovocytes après avoir subi une hyperstimulation ovarienne très dangereuse. Nous assistons à l’émergence d’un nouveau prolétariat, le prolétariat reproductif. C’est la lutte des classes mondiale sur le terrain de la procréation!

Un beau combat pour la gauche?

Oui, dans toute sa dimension inter­nationale. Car il ne suffit pas d’interdire la pratique chez nous et de se laver les mains sur ce qui se passe ailleurs. Nous avons une responsabilité nouvelle, il faut mondialiser la solidarité en refusant l’exploitation des femmes pauvres. Comment peut-on trouver normal d’aller acheter un bébé à l’étranger? Je vois dans la banalisation de la GPA une dégradation consternante du sentiment éthique.

Vous parlez comme une catholique de droite!

Je dénonce la propagande pro-GPA qui stigmatise les opposants sous des qualificatifs de droite ridicules. Le fait est que beaucoup de gens comme moi, qui ne sont ni catholiques ni de droite, sont opposés à la GPA, mais il était devenu impossible de le dire: le débat était complètement verrouillé à gauche par un lobby gay qui qualifiait d’homophobe tout opposant à ses objectifs. J’ai dû prendre mon courage à deux mains pour surmonter mon malaise et parler ouvertement de cette question. J’ai lutté pour l’émancipation des homosexuels dès la première heure et, en 1971, il fallait du courage pour descendre dans la rue. En 1979, j’ai soutenu une thèse d’histoire sur les relations amoureuses entre femmes, et je peux vous dire qu’on ne s’est pas bousculé pour me proposer un poste à l’université. Aujourd’hui, le courage, c’est d’écouter sa conscience et d’aller contre la pensée dominante qui se veut progressiste en matière de procréation et qui est, en fait, ultralibérale.

Une pensée dominante à gauche, chez les féministes?

Pas du tout. Les femmes sont généralement contre les contrats de mères porteuses. C’est une partie du mouvement gay, tendance LGBT (lesbiennes, gays, bisexuels et trans), qui a pris tout le monde en otage au nom de la lutte contre l’homophobie.

A gauche aussi, une majorité de gens est contre la GPA, voire contre le mariage gay?

La vérité est qu’on n’en sait rien: aucun sondage n’existe et, même sondés, les gens de gauche peinent à penser librement sur ces questions. Ce qui est sûr, c’est qu’ils sont beaucoup plus divisés qu’on ne le dit; il s’est produit une polarisation droite-gauche du débat qui ne correspond pas à la réalité. Il y avait des membres du FN favorables au mariage gay. Qu’est-ce que ça prouve? Avec notre lettre ouverte au président de la République, nous voulons ancrer le débat à gauche et sortir de cette polarisation mensongère et stérilisante pour l’avenir de nos sociétés.

Dans votre livre, vous relevez ce paradoxe: le mariage est devenu de gauche. Il y a eu une dérive du mouvement homosexuel?

J’ai toujours été contre le mariage en général, je ne fais que tenir mes positions. Le mouvement homosexuel a toujours connu deux tendances: celle qui revendique la différence et celle qui aspire à être comme tout le monde. Aujourd’hui, le second courant a gagné: les homosexuels ne veulent plus se battre, ils ont concentré leur lutte sur le terrain juridique à travers un idéal de vie hyper-conventionnel. Ils sont aujourd’hui les plus fervents avocats de la famille bourgeoise autrefois haïe. Le problème est qu’ils ont besoin des biotechnologies pour faire des enfants sans l’autre sexe.

Vous tenez à l’idée qu’il faut un homme et une femme pour faire un enfant...

Oui! Nous sommes issus d’une double lignée, paternelle et maternelle, c’est ce qui fait la diversité humaine. Pour faire un enfant sans l’autre, selon sa volonté propre, il faut se mettre sous la dépendance des médecins. J’ajoute que, comme historienne, je suis très pessimiste sur ce qu’il adviendrait des femmes si les hommes n’avaient plus besoin d’elles pour procréer.

Le parent, n’est-ce pas celui qui aime et élève l’enfant?

On peut parfaitement élever un enfant sans l’avoir engendré, y compris au sein d’un couple homosexuel, c’est évident. Simplement, il y a un mot pour ça: «parent adoptif». Parlons français!

Et la femme qui accouche d’un enfant grâce à l’ovocyte d’une autre, comment l’appelez-vous?

Je l’appelle la mère, car une grossesse, ça dure neuf mois, il s’y passe des choses, et je pense que le droit français a raison de considérer que la mère est celle qui accouche. Dans tous les cas de figure, il y a un devoir de vérité vis-à-vis de l’enfant sur son origine biologique, sinon c’est de la maltraitance. On a relevé des cas de couples homosexuels où, par souci d’égalité, les partenaires refusent de dire lequel des deux a donné son sperme à la mère porteuse et où l’enfant porte leurs deux noms. Je trouve ça très grave. L’enfant a besoin de se représenter les personnes qui ont participé à sa conception.

Sur le marché de la procréation, les clients hétérosexuels restent majoritaires.

Le danger de déni des origines biologiques est le même. Je ne comprends pas pourquoi la stérilité est devenue si insupportable: ce n’est plus une malédiction, acceptons nos limites!

Vous dénoncez également les agences de mères porteuses étrangères qui, à court de recrues, démarchent jusqu’en France…

C’est le cas par exemple de la société Extroaordinary Conceptions, très active sur les réseaux sociaux. Cette agence américaine sponsorise aussi l’association Clara, grande avocate de la GPA en France. Clara a été fondée par le couple Mennesson, qui est à l’origine du récent arrêt de la Cour européenne… Comme je vous le disais, la logique ultralibérale est puissante. Et le capitalisme, grâce à la procréation médicalement assistée, est promis à une nouvelle jeunesse.

Mais que faire avec les enfants nés de mères porteuses à l’étranger? N’est-il pas éthique de régulariser leur situation?

Notre collectif a mis ses juristes au travail, il faut trouver des solutions. Elles existent et ne passent pas nécessairement par l’enregistrement de la «filiation d’intention».

Vous pensez vraiment qu’au niveau international on pourra renverser la tendance et interdire la GPA?

Pourquoi pas? On a bien réussi à abolir l’esclavage! C’est un grand combat qui s’annonce, mais si on n’est pas un idéaliste, ce n’est pas la peine de se lever le matin.

* «Adieu les rebelles!». De Marie-Josèphe Bonnet.
Ed. Flammarion, 137 p.


Hebdo » Cadrages


Ajouter un commentaire

Pour commenter les articles de L'Hebdo et des blogs, vous devez être connecté. Créez un compte ou identifiez-vous.
L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Idées & débats

Le courrier des lecteurs



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs