Chères lectrices, chers lecteurs,

Nous vous informons que le dernier numéro de L'Hebdo paraîtra exceptionnellement le vendredi 3 février 2017.

En vous remerciant de votre compréhension.

Texte plus petit Texte plus grand Imprimer cette page

Opéra: Jonas Kaufmann contre Vittorio Grigolo

Mis en ligne le 31.10.2014 à 15:14

Dominique Rosset

Ténors de charme. Les héros sont ténors, leurs voix tutoient les sommets, s’arment de courage… et d’une solide musculature face au répertoire que les compositeurs leur ont concocté, de tout temps, avec une diabolique efficacité. Les chanteurs confirmés Jonas Kaufmann et Vittorio Grigolo ont en plus, chacun dans son genre, un charme utile à la scène comme à l’image. 

Tubes berlinois contre airs désespérés. Boucles folles, le Munichois a la stature svelte, le regard droit, la barbe à peine rugueuse. Invité des plus grandes institutions lyriques, Kaufmann vient d’enregistrer, en parallèle, un intime et très beau Winterreise de Schubert dans lequel sa voix ambrée excelle. Aujourd’hui, il met son timbre chaud et sa prestance mi-voyou mi-charmeur au service d’airs populaires du Berlin des années 20. Ces «tubes», dont certains à redécouvrir et d’autres ancrés dans les mémoires, sont un terrain de jeu et d’esbroufe que Kaufmann arpente avec un sens du style adapté et une voix capable de toutes les nuances. Le rêveur aux traits purs Vittorio Grigolo, surnommé «Il Pavarottino», a le charme plus lisse et doux, à l’italienne, l’émotion douloureuse et inaccessible, une voix souple et brillante à faire pleurer les foules. Dans un français parfait, il vient d’enregistrer les airs évidemment ardents et désespérés de Faust, Werther, Manon, L’Africaine, Roméo et Juliette… Ce feu d’artifice sur fond de récits tragiques conforte son image de héros de coeur à la voix pure et décidément superbe.

Univers complémentaires. Jonas Kaufmann est un magnifique comédien vocal qui sait où il va. Vittorio Grigolo est un magnifique chanteur de l’instinct au service de la passion. Deux univers complémentaires, si on supporte les héros et les ténors.

"You mean the world to me", Jonas Kaufmann

 

"The Romantic Hero", Vittorio Grigolo

 

 


Hebdo » Culture


Ajouter un commentaire

Pour commenter les articles de L'Hebdo et des blogs, vous devez être connecté. Créez un compte ou identifiez-vous.
L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Idées & débats

Réactions



Projecteurs

Le Forum des 100



Les rendez-vous du Forum



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs