Chères lectrices, chers lecteurs,

Nous vous informons que le dernier numéro de L'Hebdo paraîtra exceptionnellement le vendredi 3 février 2017.

En vous remerciant de votre compréhension.

Texte plus petit Texte plus grand Imprimer cette page

Chères lectrices, chers lecteurs

Mis en ligne le 03.02.2017 à 06:00
Alain Jeannet, rédacteur en chef

Alain Jeannet, rédacteur en chef

© Hebdo



Alain Jeannet

Comment concentrer en 132 pages ces torrents d’émotions et plus de trente-cinq ans de la vie de ce pays? Que répondre à tous ceux qui, cette dernière semaine, ont continué à nous faire part de leur tristesse et de leurs questionnements?

Nous avons d’abord voulu, à l’annonce de la fermeture de L’Hebdo, quand celle-ci s’est révélée inexorable, obtenir un sursis d’une ou deux semaines pour tenter d’écrire notre histoire et celle de cette région. Nous voulions faire entrer dans ce numéro d’adieu toutes les idées qui, immédiatement, ont germé. Nous avons obtenu vingt-quatre heures supplémentaires. Et c’est sans doute mieux ainsi. Cet exercice de rétrospective et de deuil s’est donc déroulé à chaud et dans l’excitation d’un dernier bouclage.

Parce que nous voulions vous parler une dernière fois, nous vous avons invités samedi dernier pour participer à l’élaboration du magazine. Près de 500 lecteurs ont répondu présent. Nous les avons consultés sur le choix de la une – la couleur noire et les accroches morbides ont immédiatement été rejetées.

Les titres sarcastiques faisant allusion à une décision prise à Zurich n’ont pas non plus tenu très longtemps. Et quand on nous a interpellés sur l’indifférence supposée de notre éditeur vis-à-vis de la Suisse romande, il était juste de rappeler que la maison Ringier a lancé L’Hebdo, qu’elle a supporté ses pertes pendant de longues années. Après une décennie très profitable dans les années 90. N’empêche: la déception de ne pas avoir pu tenter une formule de la dernière chance, audacieuse, novatrice, demeure.

Il a fallu ensuite faire un choix parmi les plus de 1800 couvertures de L’Hebdo, comme un travelling à travers les décennies. Des plus sombres aux plus joyeuses. Des plus légères aux plus sérieuses (voir Ces couvertures qui vous ont marqués). On a parlé de L’Hebdo pour ses grandes enquêtes sur le blanchiment. Pour sa passion européenne et une attention quasi obsessionnelle portée aux grands courants technologiques. Pour son allergie aux nationalismes. Il faut aussi retenir son regard souvent décalé et amusé sur la vie.

«L’Hebdo» a compté dans sa rédaction beaucoup de plumes émérites du biotope journalistique romand. Il a surtout été une formidable pépinière de nouveaux talents. Une école. Avec ses rites initiatiques et ses exagérations, parfois. Les dessinateurs ont trouvé ici un terreau fertile, à l’instar de Mix & Remix et, avant lui, Zep, Chappatte, parmi d’autres (lire Ils ont dessiné «L’Hebdo»).

Ce magazine disparaît principalement parce que les habitudes de lecture ont changé, comme d’ailleurs les modèles d’affaires explosés par Google et Facebook. Pourtant, L’Hebdo aura été parmi les premiers à lancer un site internet d’information, à expérimenter le potentiel du web avec le Bondy Blog (lire «L’Hebdo» a donné une voix aux banlieues françaises).

Sans recueillir toutefois les fruits économiques de sa verve entrepreneuriale. Avec l’appui de fidèles partenaires, nous avons créé le Forum des 100. Cette plateforme du débat en Suisse romande sera reprise par le journal Le Temps, avec qui nous avons partagé une salle de rédaction pendant presque deux ans. Mieux, elle sera encore renforcée.

Nous vous remercions, chères lectrices, chers lecteurs, de votre fidélité. Vous tenez entre les mains le dernier numéro de L’Hebdo. Nous espérons avoir été jusqu’au bout bons pour la tête… 


Hebdo » Edito


modouxjb Cher Monsieur,

Avec mes félicitations, je veux vous dire combien je partage votre chagrin.

Tout l'Hebdo me manquera... Je multiplie par mille mes années d'abonnement pour compter les merci que j'adresse à toutes les belles plumes qui auront fait vivre cette diversité curieuse, intelligente et cultivée.

Jean-Bernard Modoux
Lausanne


04.02.2017 - 01:29
jack.bernard Lettre ouverte à la « Dream Team »

Où est là « Dream Team » de la Riviera ? les « Aebischer, Rüeger, Rossellat, Biver, Broulis »
J’ose pas imaginer qu’ils ne se sentent pas concernés par la disparition d’un médiat romand dont ils ont pourtant bénéficiés directement ou indirectement à divers titres.

Où sont les entrepreneurs, les jeunes cadres dynamiques donneurs de leçons ?
Exemple pour la jeunesse ?

Avant de pleurer en Suisse allemande, sommes nous capable en Suisse romande d’offrir un support digne de ce nom pour nous informer, nous instruire, nous divertir en toute indépendance ?

Qui sont les acteurs en Suisse romande de la Culture l’Industrie l’Enseignement ?

Quel organe vous représente ?

Que proposez vous à part votre silence coupable ?


Jacques Bernard
2350 Saignelégier
17.02.2017 - 09:27

Ajouter un commentaire

Pour commenter les articles de L'Hebdo et des blogs, vous devez être connecté. Créez un compte ou identifiez-vous.
L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Idées & débats

Réactions



Projecteurs

Le Forum des 100



Les rendez-vous du Forum



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs