Texte plus petit Texte plus grand Imprimer cette page
Hebdo » Forum des 100

Pascal Briod, François Briod et Laurent Oberholzer: partis à 10 ans pour changer le monde

Mis en ligne le 07.05.2015 à 05:51
Pascal Briod, François Briod et Laurent Oberholzer Pascal Briod. 26 ans, François Briod, 24 ans, et Laurent Oberholzer, 24 ans, cofondateurs de TawiPay

Pascal Briod, François Briod et Laurent Oberholzer Pascal Briod. 26 ans, François Briod, 24 ans, et Laurent Oberholzer, 24 ans, cofondateurs de TawiPay

© Régis Colombo



Le goût de l’entreprise peut non seulement vous saisir au plus jeune âge, il peut aussi devenir une affaire de famille. C’est le cas chez les Briod, dont les trois frères apparaissent cette année au classement du Forum...

Le goût de l’entreprise peut non seulement vous saisir au plus jeune âge, il peut aussi devenir une affaire de famille. C’est le cas chez les Briod, dont les trois frères apparaissent cette année au classement du Forum des 100. L’aîné, Adrien Briod, a cofondé l’entreprise Flyability (lire en page 78) qui conçoit des drones explorateurs incassables. De leur côté, François et Pascal Briod, associés à Laurent Oberholzer, ont créé la société TawiPay, qui promet d’apporter plus de transparence sur l’immense marché des transferts de fonds internationaux.

L’histoire de François et de Pascal n’a pas commencé dans un garage, mais autour de tartines de Nutella. Les deux frères avaient alors 8 et 10 ans. «Nous recevions régulièrement des nouvelles de notre tante qui avait créé une association de soutien pour des jeunes en difficulté au Cameroun», raconte François Briod. La tante d’Afrique racontait par exemple que les enfants prenaient souvent leur premier repas de la journée à 16 h, au retour de l’école. L’anecdote avait particulièrement frappé les deux jeunes «nutellophiles». L’idée est née: créer une association qui permettrait d’offrir des petits-déjeuners aux enfants de N’tolo.

«C’est en gérant cette association que la problématique des transferts de fonds nous est apparue», explique François Briod. L’équipe travaillait bénévolement, mais seulement 85% des dons parvenaient à destination. Le solde était capté par les sociétés de transfert qui faisaient parvenir l’argent au Cameroun. «C’était la seule part significative des dons qui ne parvenait pas à destination», se souvient François Briod.

Entre-temps, les deux frères étaient entrés dans le monde des adultes. François a suivi des études à HEC Lausanne, où il a rencontré Laurent Oberholzer. Pascal a obtenu un bachelor en géographie et un master au Graduate Institute (ex-IHEID). Un week-end a suffi au trio pour mettre au point le concept de TawiPay: «Nous nous sommes dit que nos connaissances du monde digital pourraient nous permettre d’apporter plus de transparence dans ce secteur, et de faire une vraie différence.»

Selon les données de la Banque mondiale, les migrants ont envoyé l’équivalent de 582 milliards de dollars dans leurs pays en 2014. Les banques et les sociétés de transfert de fonds ont prélevé 45 milliards de commissions sur ce montant, soit une marge de 7,8%. Cette somme, restée dans les poches de Western Union, MoneyGram et consorts, représente la totalité du PIB d’un pays comme le Kenya.

L’idée fondatrice de TawiPay est un site internet comparatif qui décortique les services et les prix proposés par les sociétés de transfert de fonds, et d’aider les utilisateurs à faire le meilleur choix dans la jungle des tarifs. Selon les estimations de TawiPay, si les migrants avaient systématiquement choisi l’offre la moins coûteuse pour leurs transferts, ils auraient pu économiser 28 milliards de dollars en 2014.

«Au vu de l’ampleur des transferts d’argent, la migration perd sa connotation négative pour devenir un
investissement, un vecteur de développement, et aussi une expression de solidarité basée sur les liens familiaux», estime François Briod. Installée à Crissier, la start-up TawiPay référence et compare les tarifs des transferts de fonds vers des dizaines de pays. Outre des petits-déjeuners, l’association Direction N’tolo offre désormais des microcrédits, des bourses d’études et organise des formation dans le domaine de l’agriculture.

Voir la vidéo

L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Cadrages

Xi le rouge



Idées & débats

En direct des blogs



Idées & débats

Courrier des lecteurs



Les rendez-vous du Forum



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs