Chères lectrices, chers lecteurs,

Nous vous informons que le dernier numéro de L'Hebdo paraîtra exceptionnellement le vendredi 3 février 2017.

En vous remerciant de votre compréhension.

Texte plus petit Texte plus grand Imprimer cette page

Courrier des lecteurs

Mis en ligne le 05.01.2017 à 05:56

© Hebdo



Un vrai risque d’un scandale majeur

L’Hebdo No 50, «Le prix du sang»


L’appât de l’argent, du pouvoir, le manque total d’éthique, le «tant que ça va, on fonce, pourvu que l’on se remplisse les poches»! Cela a toujours été le cancer du monde, maintenant cela s’emballe.

Il y a un vrai risque que tout à coup une épidémie avec un nouveau virus contamine les gens malades en Suisse et ailleurs, tous ceux qui dépendent de ces produits d’Octapharma toutes les trois à quatre semaines pour soigner une maladie déjà grave en soi.

Il y a un vrai risque d’un scandale majeur qui éclaboussera toute la Suisse, une fois de plus.

Mais surtout: combien de ces pauvres malheureux sont-ils déjà morts avec un syndrome d’immunodéficience avancé et de ses conséquences, car donner 2 à 3 fois par semaine du sang, 2 litres sur les 4,5 qui circulent dans notre corps, ce n’est plus du scandale, c’est une forme de mise à mort.

Une personne saine a besoin de plusieurs semaines pour compenser un litre de sang perdu, pour que notre corps refasse toutes les cellules et protéines spéciales perdues. Il n’est tout simplement pas possible qu’un corps déjà affaibli y arrive en quelques jours. Conclusion logique: le pauvre diable va au-devant d’une mort précoce, et en plus je doute que le plasma produit avec ces sangs soit de bonne qualité.

Dr Françoise Verrey Bass, Bienne
 



Des pratiques lobbyistes inacceptables

L’Hebdo No 50, «Les neurones d’alerte amollis», chronique de Jacques Pilet

Toujours friand des chroniques de Jacques Pilet, je suis tombé de ma chaise en lisant le dernier paragraphe de sa chronique où il nous dit que «les nouveaux présidents du Conseil national et du Conseil des Etats sont rémunérés par le Groupe Mutuel, ainsi que d’autres parlementaires choyés par les assureurs maladie».

Sans imaginer que le trinôme Groupe Mutuel-Martigny-Pascal Couchepin soit l’unique responsable de ce scandale, cette corruption avérée des lobbyistes de la bernoise et fédérale Salle des Pas Perdus ne concerne certainement pas cette seule compagnie d’assurance maladie, assurance maladie si généreusement attribuée à des institutions privées.

Quand, chaque année, on assène aux assurés des augmentations de leurs cotisations au prétexte de l’explosion des coûts de la santé, on se dit que quelques misérables salaires versés à d’indigents députés ne suffisent pas à faire de notre bonne Suisse cet «ilôt de cherté» tant décrié. Y aurait-il quelque chose à rechercher du côté d’un lobby des industries pharmaceutiques?

Qui, sinon la presse (vu que nos citoyens – dont je suis – ont leurs neurones ramollis après avoir été amollis!) pour dénoncer, plus que par un simple paragraphe en fin de chronique, ces pratiques lobbyistes inacceptables?

J’ai connu L’Hebdo très impliqué lors de l’affaire des fiches. N’est-il pas temps pour lui de reprendre le flambeau du «quatrième pouvoir»?

Jacques Schmitt, Versoix
 



Un questionnaire pour se situer politiquement

L’Hebdo No 50, «Le populisme, redoutable méthode de captation du pouvoir», blog de François Cherix

J’ai lu avec intérêt votre article sur le populisme. Je m’interroge, et vous interroge. Selon des études sérieuses, le populisme recrute dans toutes les classes économiques. Cependant, à écouter les interviews des électeurs américains avant les élections, on leur trouve un certain nombre de critères communs. Critères certainement quantifiables scientifiquement.

Nous avons tous vu – et participé à? – ces sondages à choix multiples qui vont vous «révéler» votre position par rapport à votre absorption de sucre, votre consommation d’alcool ou votre état de sédentarité. De 1 à 5: très bien, continuez ainsi… entre 15 et 20: réagissez, votre santé est en danger.

N’est-il pas envisageable que dans un modèle plus approfondi une classe en sociologie s’attaque à établir un questionnaire qui permettrait de se situer sur l’éventail politique? L’intérêt? Le même que pour les fumeurs ou les alcooliques: reconnaître son état avant de pouvoir envisager une évolution.

J.-M. Fasnacht, Chabrey (VD)


Hebdo » Idées & débats


Ajouter un commentaire

Pour commenter les articles de L'Hebdo et des blogs, vous devez être connecté. Créez un compte ou identifiez-vous.
L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Idées & débats

Réactions



Projecteurs

Le Forum des 100



Les rendez-vous du Forum



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs