Chères lectrices, chers lecteurs,

Nous vous informons que le dernier numéro de L'Hebdo paraîtra exceptionnellement le vendredi 3 février 2017.

En vous remerciant de votre compréhension.

Texte plus petit Texte plus grand Imprimer cette page

Livetrotter, meilleur job d’été du monde

Mis en ligne le 03.02.2017 à 05:57

Nina Seddik

Relève. «L’Hebdo» a lancé à six reprises de jeunes journalistes en herbe sur les routes du monde entier pour une série de reportages. Une aventure humaine et professionnelle inestimable.

Athènes, juillet 2016. «Tu crois qu’on a une chance d’obtenir l’asile?» Je me souviens encore de cette question posée par Emal, un jeune réfugié afghan coincé au port du Pirée depuis plus de sept mois, moralement et physiquement épuisé. C’était ma première expérience journalistique et je ne savais pas vraiment dans quoi je m’embarquais.

«A quoi ça sert, tout ça?» C’est ce que je me suis demandé au début, impuissante et frustrée, de ne pas pouvoir l’aider. J’ai finalement réalisé qu’il n’y avait qu’une seule chose à faire: utiliser ma plume pour raconter son histoire. En Grèce depuis quatre jours, l’aventure Livetrotters de L’Hebdo venait de commencer.

«Réaliser des reportages en textes, vidéos, images ou par tout autre moyen et les partager sur les réseaux sociaux.» Chez moi, qui ai toujours aimé écrire et voyager, l’appel publié dans les pages du magazine a tout de suite fait tilt. Sillonner l’Europe pendant huit semaines et relater mes périples sur le Net, avec une chance sur cinq d’être publiée chaque semaine?

J’avais vraiment envie de tenter le coup. Deux mois, 500 candidatures et un entretien plus tard, le rédacteur en chef adjoint, Pierre-Yves Muller, m’annonce que je fais désormais officiellement partie de la bande des Livetrotters, héritiers des Blogtrotters (lire ci-dessous). Je flippe.

Sans aucune expérience, mon projet d’aller à la rencontre de réfugiés me paraît tout d’un coup irréalisable. «Sous quel angle aborder la question et quels pays sélectionner? Comment réussir à me faire des contacts sur place? Est-ce que j’en ai suffisamment dans le ventre? Des doutes, que j’ai pu partager avec les quatre autres membres de la clique.

Marie et le microentrepreneuriat, Raphaël sur la trace des digital nomads, Aude à la rencontre de la cinquième Suisse, Jacqueline et la ville de demain: des projets et personnalités très différents avec, au final, une belle alchimie.

Y aller au culot

Le jour du départ, je décide de laisser la peur sur le tarmac. Heureusement! Avec elle dans mes bagages, pas d’entretien en compagnie d’un présumé passeur à Catane ni d’article sur une sale affaire de faux contrats à Malmö. Libérée de ce frein, je pouvais m’ouvrir et faire la connaissance de personnes qui m’ont profondément touchée. Une ouverture indispensable pour être capable de raconter leurs histoires. Je repense par exemple à ces jeunes cinéastes syriens, exilés à Berlin, dont la caméra est devenue le porte-voix.

Bien entendu, il y a eu des coups de mou. Nous en avons tous eu, au cours des huit semaines passées sur la route. Dans ces cas-là, que ce soit par message ou pour un petit apéro improvisé via Facebook, les Livetrotters répondaient toujours présent. Je crois pouvoir parler au nom de tous quand je dis que la formule gagnante a été de ne rien lâcher et d’y aller au culot. Un credo qui nous a permis de nous dépasser. Et de confirmer un choix professionnel aussi. Le microentrepreneuriat pour Marie, la vidéo pour Raphaël, le journalisme pour Aude, Jacqueline et moi.

Humainement parlant, mon voyage a été une vraie claque. Il me paraît difficile d’être vraiment préparé à faire face à tant de détresse. Pourtant, j’ai rencontré de nombreux réfugiés, dont le courage et la force ont été une sacrée leçon. Livetrotters, ça a aussi été une école de la débrouille sans pareille, dans laquelle j’ai appris à me faire davantage confiance et à continuer d’avancer quoi qu’il arrive.

Grâce à L’Hebdo, nous sommes des dizaines à avoir eu la chance d’arpenter les routes du monde entier. A la recherche d’histoires à partager, et certainement aussi d’une partie de nous-mêmes. Merci! 
 


Avant les Livetrotters, les blogtrotters

Vous souvenez-vous de la Course autour du monde, célèbre émission de la TSR qui envoya des dizaines de reporters à travers le monde? Et du BondyBlog, créé par L’Hebdo en 2005 pour ra-conter de l’intérieur la vie en banlieue? Eh bien, l’aventure Blogtrotters, c’est un peu un mélange des deux.

Lancé en 2007, le concept était simple: permettre à cinq jeunes blogueurs-voyageurs de partir en reportage durant l’été. Avec l’objectif d’alimenter leur site web régulièrement et la chance de voir le meilleur sujet de la semaine publié dans les pages du magazine. L’aventure a duré cinq ans et suscité de nombreuses vocations. Beaucoup de Blogtrotters sont en effet devenus des journalistes confirmés. Témoignages.


Céline Zünd, journaliste, Blogtrotter 2010



«J’avais 25 ans, j’arrivais à la fin de mes études, j’avais envie de devenir journaliste et j’écrivais des articles pour le quotidien La Côte. Blogtrotters, c’était un incroyable espace de liberté: partir six semaines en reportage en Chine, la destination que j’avais choisie, en novice.

J’ai appris à me débrouiller, multiplier les rencontres et aussi compter sur la chance parfois. Comme quand j’allais chercher des étudiants sur les campus des universités pour jouer le rôle de traducteur. Dans les moments de galère, il suffisait de voir la perspective d’un nouveau sujet pour repartir dopée. Aujourd’hui, j’ai 32 ans, je travaille depuis six ans au Temps, comme correspondante à Zurich depuis 2016.» 


Thomas Epitaux-Fallot, journaliste freelance, Blogtrotter 2011



«L’expérience Blogtrotters a contribué à diminuer ma peur d’aller vers l’autre. Essentiel dans le métier de journaliste et crucial dans la vie en général, se présenter face aux autres est pourtant un exercice difficile. On a peur d’être inconvenant, intrusif, maladroit. Pourtant, on s’aperçoit que les gens aiment raconter leur histoire, partager leur ressenti. Le journalisme doit créer des liens, mettre en relation. C’est ce que l’aventure Blogtrotters m’a apporté de plus précieux.» 


Crédits photos:  DR & Bertrand Cottet / Strates


Hebdo » Projecteurs


Ajouter un commentaire

Pour commenter les articles de L'Hebdo et des blogs, vous devez être connecté. Créez un compte ou identifiez-vous.
L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Idées & débats

Réactions



Projecteurs

Le Forum des 100



Les rendez-vous du Forum



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs