Texte plus petit Texte plus grand Imprimer cette page

Une cabane de luxe à 2800 mètres

Mis en ligne le 05.01.2017 à 05:59
LODGE 2800: Une architecture contemporaine pour un projet qui se veut en rupture avec les stations de ski classiques.

LODGE 2800: Une architecture contemporaine pour un projet qui se veut en rupture avec les stations de ski classiques.

© Plaquette de présentation de Lodge 2800



Yves Genier

Lodge 2800 Une architecture contemporaine pour un projet qui se veut en rupture avec les stations de ski classiques.

A quelques pas de l’entrée du tunnel du Grand-Saint-Bernard, les pylônes de l’ancienne télécabine dressent leurs formes déchiquetées au travers des pâturages, rappelant que si les zones industrielles peuvent se transformer en friches, les stations de ski peuvent faire subir le même sort à la montagne.

Sur les ruines de l’ancienne station du Super Saint-Bernard, tombée en faillite en 2010, une nouvelle vision est en train de voir le jour: Lodge 2800. Sous ce nom se cache un projet de réhabilitation inédit d’une station de ski traditionnelle: miser sur l’expérience de la montagne, de la haute altitude, avec tout le confort que permet un hôtel bien équipé et accessible par une télécabine flambant neuve.

En revanche, les dameuses ne reviendront pas, et aucun canon à neige ne sera installé. Les skieurs dévaleront les pentes dans une neige poudreuse (ou dure, ou mouillée, selon les conditions!), en bons freeriders.

«Nous voulons redonner vie à ce site, mais sans répéter les erreurs du passé. C’est donc un modèle disruptif que nous proposons à travers ce projet, une réinvention de la montagne», soutient Félicien Rey-Bellet, l’un des instigateurs.

Ce jeune employé de Glacier 3000 a développé cette idée lors de ses études d’économie touristique à la HES du Valais en profitant notamment de l’appui de Business Experience, une formation pour futurs entrepreneurs. «Lorsqu’ils se rendent à la montagne, les gens veulent échapper à la foule et vivre une expérience unique», explique Dylan Berguerand, autre instigateur.

Les deux jeunes gens (âgés respectivement de 23 et 22 ans) se sont inspirés de l’exemple de la station française de La Grave, un paradis pour freeriders, pour affiner leur projet: un hôtel de 42 lits qui offrira tout le confort d’un quatre-étoiles à 2800 mètres d’altitude. Une télécabine qui aura une capacité de transport limitée à 150 personnes par jour. La nuitée, pour deux, devrait avoisiner 500 francs en demi-pension, montée incluse. L’investissement prévu se monte quant à lui à 13 millions de francs.

Une société ad hoc a été fondée en été 2015, Saint-Bernard Paradise SA, dotée de 100 000 francs de capital (déjà souscrits par quelques actionnaires) et présidée par Félicien Rey-Bellet. Téléverbier assure par écrit son intention d’exploiter la remontée. Les instigateurs cherchent aujourd’hui à lever 300 000 francs par du financement participatif afin de payer les études indispensables à l’obtention des diverses autorisations. 


Hebdo » Projecteurs


Ajouter un commentaire

Pour commenter les articles de L'Hebdo et des blogs, vous devez être connecté. Créez un compte ou identifiez-vous.
L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Idées & débats

Courrier des lecteurs



Les rendez-vous du Forum



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs