Texte plus petit Texte plus grand Imprimer cette page

Aimer et vieillir, est-ce compatible ?

Mis en ligne le 12.12.2016 à 23:48

Juliette Buffat

Dans la croyance populaire courante, la sexualité s’arrête à 60 ans quand Monsieur n’a plus d’érection et que Madame se retrouve sèche et ménopausée. Pourtant certain-e-s s’épanouissent au 3ème âge, libérées des soucis de contraception et des règles, débarrassés des enfants qui ont enfin quitté le nid familial, enfin disponibles pour réapprendre le vocabulaire amoureux et jouir de leur anatomie.

Si certains couples acceptent avec l’âge que leur libido diminue - en lien avec leur faculté biologique de procréation - et s’en accommodent fort bien, d’autres apprécient beaucoup de se retrouver à deux pour ré-enchanter leur vie amoureuse et conjugale. Car atteindre l’âge de la ménopause ou de l’andropause n’est pas forcément une étape où il faut renoncer à toute vie intime. L’évolution peut se fait naturellement vers « la paix des sens » dans des couples installés et établis ensemble depuis fort longtemps. Mais parmi celles et ceux qui se retrouvent seuls, veufs ou divorcés, et qui espèrent rencontrer un nouveau compagnon, la sexualité peut être redécouverte avec beaucoup de bonheur, de curiosité, de diversité et d’enthousiasme.

Ce d’autant plus qu’à l’ère des nouveaux médicaments, tant ceux qui soutiennent une érection masculine défaillante que ceux qui soignent la sécheresse vaginale due au manque de production endogène d’hormones sexuelles, le choix ne manque pas. Entre comprimés, gels, patchs ou ovules, la pharmacopée d’aujourd’hui est riche en produits efficaces pour traiter les effets secondaires de la baisse physiologique de production hormonale. Sans parler de la « médecine anti-âge » qui s’est bien développée et propose de nombreux procédés de « réjuvénation corporelle » permettant de retrouver confiance en soi comme l’envie de plaire, de séduire et de faire des galipettes sans tenir compte de son âge.

Dans ce Café Sexo, des voix s’élèvent contre les maisons de retraite qui séparent systématiquement et de manière abusive les couples, anciens comme nouveaux, considérant comme taboue la sexualité des aînés, à l’image de celle de ses parents ou grands-parents. Certains proposent la création de « coins câlins » dans les établissements médico-sociaux comme ceux que l’on a installés dans nos prisons helvétiques. Ne trouvez-vous pas souvent touchant et émouvant le spectacle de ces couples de seniors qui se tiennent encore tendrement par la main ou le bras et échangent des baisers complices en public ?

Alors pourquoi s’apitoyer sur son sort quand on doit prendre des pilules anti-hypertension, contre le diabète ou le cholestérol, ou encore des traitements psychotropes qui altèrent votre fonction sexuelle ? Surtout quand vous découvrez que le Madopar qui traite le Parkinson redynamise la libido de manière spectaculaire ! Mais ce sont surtout les attentions envers l’autre et les témoignages d’amour au quotidien qui entretiennent l’espace amoureux d’un couple. Evitez de critiquer votre partenaire, de le/la rabaisser, de l’insulter ou de lui chercher sans arrêt la petite bête, car manquer de respect envers l’autre est la plus sûre manière de tuer son désir pour vous. Proposez-lui plutôt des jeux de rôle coquins et inattendus qui vous permettront de sortir de vos habitudes ou de votre cadre ordinaire, tout en activant et dynamisant vos envies. Et surtout ne vous éloignez pas trop physiquement l’un de l’autre, entretenez régulièrement ces indispensables contacts peau à peau et donnez-vous ces doux baisers qui témoignent si explicitement de l’affection et de la tendresse que vous ressentez l’un pour l’autre.

A celles et ceux qui souffrent de « la solitude de la peau », du manque de contacts charnels et sensuels, nous proposons de participer à des « ateliers câlins », juste pour le plaisir du toucher, de donner et recevoir, d’échanger cette chaleur humaine « peau à peau » dont nous avons tous besoin, depuis notre plus tendre enfance. Et n’oubliez jamais que l’on peut tomber amoureux à n’importe quel âge et que la vie peut vous réserver cette heureuse surprise jusqu’à des âges très avancés. Alors oui, certainement, la conclusion de ce Café Sexo fort animé est qu’aimer et vieillir c’est tout à fait compatible !


< Retour au sommaire du blog "Curiosité de Sexologue"




matahari A chacun sa propre sexualité ! certes il y a des hommes et des femmes qui ont besoins de câlins mais ces câlins n'ont rien é voir avec des contacts humains pour sortir des nombreux pétrins dans lesquels sont plongés de nombreuses personnes plus toutes jeunes et qui pubères dés l'âge de neuf ans ont compris très vite que la sexualité n'aide pas à trouver des solutions durables puisque le sexe fait perdre de vue ,les choses essentielles de la vie .le nirvana ne durera que l'instant d'un orgasme
Alors à chacun sa sexualité et moins on en parle mieux se porte t'on !,
13.12.2016 - 07:18
Error!: SQLSTATE[HY000] [1203] User hebdo already has more than 'max_user_connections' active connections
L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Idées & débats

Courrier des lecteurs



Les rendez-vous du Forum



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs