Texte plus petit Texte plus grand Imprimer cette page

Ecole romande: la peur des médias sociaux

Mis en ligne le 17.12.2015 à 18:30
Carte du réseau d’influence de blogs

Carte du réseau d’influence de blogs

© Flickr – Porter Novelli



Jean-Claude Domenjoz

La formation générale MITIC du Plan d’étude romand (PER) pourrait bénéficier de l’exploitation pédagogique des médias sociaux en classe.

Savez-vous que les deux tiers des enfants de treize ans utilisent tous les jours ou presque un réseau social pour s’informer et communiquer avec leurs pairs?

Les jeunes vivant en Suisse sont toutes et tous équipé-e-s d’un smartphone utilisé intensément pour communiquer et s’informer. Selon l’étude JAMES près de 90% des jeunes ont un compte sur un réseau social. A treize ans, la moitié interviennent quotidiennement ou plusieurs fois par semaine sur Facebook. Les 18-19 ans sont 91%. Instagram a aussi la cote pour poster des photos de même que Google+ qui est en forte progression. La plupart ont plusieurs comptes, ce qui signifie que le pourcentage des jeunes qui font un usage intense des médias sociaux est bien plus élevé.

L’audience de la presse diminue. L’audience du journalisme d’information diminue tandis qu’augmente la consommation de contenus d’info-divertissement à forte charge émotionnelle et sans mise en perspective, révèle la dernière étude sur la qualité des médias de l’Université de Zürich (étude fög). La part de jeunes adultes qui s’informent régulièrement par les journaux imprimés payant, la télévision et la radio diminue. Simultanément on observe que croît la part des jeunes qui cherchent à s’informer par des canaux alternatifs aux médias traditionnels, avant tout par les médias sociaux.

La propagation des nouvelles par bouche à oreille augmente. Un nouveau phénomène se fait jour chez les adolescent-e-s et les jeunes adultes: le partage d’information sur le mode de la propagation virale par les réseaux sociaux. Voie royale pour la diffusion de rumeurs et la désinformation. D’un clic on retransmet ou on «like» l’information, avant même d’avoir envisagé les conséquences de son action.

Par ailleurs, les stratégies marketing des marques exploitent les réseaux sociaux pour communiquer directement, librement, avec les jeunes en les incitant par des contenus attractifs ou des jeux à se faire leurs agents auprès de leurs ami-e-s ou contacts. Or distinguer information et publicité ne semble pas aller de soi. Une récente étude réalisée en Grande-Bretagne révèle que 60% des jeunes âgé-e-s de 12 à 15 ans n’identifient pas les liens sponsorisés qui résultent d’une recherche avec Google comme de la publicité (lire l’article). Pour les plus jeunes, c’est encore pire!

Suspicion vis-à-vis des écrans. En quelques années, les réseaux sociaux se sont répandus dans le grand public. Dans le même temps où les pratiques culturelles et les habitudes de vie des jeunes ont profondément changé consacrant les écrans comme support privilégié de la communication et de l’accès à l’information, on constate que les milieux de l’éducation les considèrent avec suspicion. Entre l’école et les jeunes, il y a un grand fossé numérique (lire l’article «L’école et les jeunes, le grand écart du numérique»).

En Suisse romande, les discours dominants sur les réseaux sociaux sont focalisés sur les risques et les dangers. Bien réels, certes, mais ceux qui tiennent ces propos ne s’intéressent que peu aux aspects positifs comme le fait que ces nouveaux moyens permettent de favoriser les échanges et la collaboration. Des journées cantonales, des conférences, des ateliers, des sites et des pages web, des guides, des flyers, des bandes dessinées, des albums illustrés, des jeux vidéo, des fil Twitter, des pages Facebook ont pour leitmotiv la prévention et la promotion de la santé vis-à-vis des écrans en général et de l’usage des réseaux sociaux en particulier. Offices fédéraux, cantons, communes, établissements scolaires, associations de parents, ONG proposent des mesures de prévention et communiquent à ce sujet. C’est une véritable croisade!

Et la pédagogie des médias dans tout cela? Elle y tient une place secondaire ou est simplement totalement ignorée. Peut-on raisonnablement développer les compétences médiatiques des jeunes comme le prévoit le Plan d’étude romand (PER), en particulier vis-à-vis de cette nouvelle espèce de média, sans les utiliser dans un cadre éducatif. En Suisse romande, on semble le croire tant sont rares les propos qui envisagent les usages scolaires des réseaux sociaux. Pourtant les digital natives ont appris à utiliser les médias sociaux par eux-mêmes et avec leurs pairs. Quel danger y aurait-il à s’en servir en classe, puisqu’ils/elles les utilisent déjà massivement?

Outre la prévention qui pourrait bénéficier de conseils donnés en situation par les pédagogues, les réseaux sociaux peuvent être utilisés comme outils au service d’objectifs pédagogiques les plus variés. Par exemple, en diffusant des contenus informatifs par le truchement d’un journal de classe ou d’établissement. La communication avec les parents pourrait aussi en bénéficier.

Renforcer les compétences de l’ensemble des élèves de chaque classe d’âge à utiliser les médias numériques de façon responsable est une mission fondamentale de l’école publique pour éviter la fracture numérique entre jeunes provenant de milieux sociaux différents.

Peut-on en attendre des plus-values pédagogiques des médias sociaux? Oui, bien sûr: développer l’esprit critique, favoriser l’autonomie, entretenir la motivation, développer la collaboration, enrichir les moyens d’expression (écrite et audiovisuelle), développer les compétences communicationnelles. En Belgique, on l’a bien compris. La Fédération Wallonie-Bruxelles communique pour montrer tous les bénéfices que l’on peut tirer des usages scolaires des réseaux sociaux. Une brochure vient de paraître: A la conquête des réseaux sociaux dans l’enseignement: usages professionnels et pédagogiques (lire la brochure). Tout un programme!

La ministre de l’éducation de la Fédération Wallonie-Bruxelles déclare dans son introduction: «À l’heure d’une transition vers le numérique annoncée, le défi est lancé: exploiter les réseaux sociaux pour en faire un usage pédagogique et offrir ainsi une plus-value à tous les enseignements!». Voilà qui tranche avec les discours timorés de Suisse romande.

 


Références

Formation générale MITIC, Plan d’étude romand (PER), Conférence intercantonale de l’instruction publique de la Suisse romande et du Tessin (CIIP).

Isabel Willemse et al, JAMES – Jeunes, activités, médias – enquête Suisse, Haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW), Zurich, 2014.

Qualité des médias, Forschungsinstitut Öffentlichkeit und Gesellschaft (FOEG), Universität Zürich, 2015.

Henry Mance, «Young ‘digital natives’ naive about internet advertising», Financial Times, 20 November 2015.

A la conquête des réseaux sociaux dans l’enseignement, Cellule Projets TICE, Fédération Wallonie-Bruxelles, septembre 2015.

Cet article concerne les médias, images et technologies de l’information et de la communication (MITIC).


< Retour au sommaire du blog "Education et médias"




Ajouter un commentaire

Pour commenter les articles de L'Hebdo et des blogs, vous devez être connecté. Créez un compte ou identifiez-vous.
L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Idées & débats

Le courrier des lecteurs



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs