Texte plus petit Texte plus grand Imprimer cette page

Leonard part, Donald arrive

Mis en ligne le 11.11.2016 à 07:32

Philippe Kenel

Leonard Cohen, l’homme de cœur, sensible et élégant est parti hier pour un monde que l’on espère meilleur, alors que Donald Trump, l’homme de la haine, raciste et vulgaire est arrivé avant-hier à la Maison Blanche pour un monde que l’on craint pire. Tout un malheureux symbole !

Outre le dégoût pour ses idées, l’élection de Donald Trump suscite en moi les sentiments et réflexions suivants.

Tout d’abord, je suis sidéré de constater comment une grande partie de la presse se montre soudain clémente à l’égard d’un personnage qui a tenu les propos les plus inadmissibles et outranciers à l’égard des femmes et des personnes d’une autre race dès qu’il se montre légèrement moins excessif et plus poli. En quelque sorte, cela revient à être plus indulgent à l’égard d’un méchant qui pour un moment seulement devient un peu gentil, qu’à l’égard d’un très gentil qui l’a toujours été et qui le sera toujours. Cela me fait penser à Marguerite Yourcenar qui écrivait dans L’œuvre au noir « cette prudente remarque fit ressentir à Zénon à l’égard de son compagnon de voyage cet élan presque excessif de sympathie que cause la moindre opinion modérée exprimée par un homme dont la position ou la robe ne permettait pas d’en espérer autant ».

En second lieu, c’est un double mythe issu de la Seconde Guerre Mondiale entretenu sans doute à tort qui s’est effondré. D’une part, nombreux sont les Européens qui durant de nombreuses années se sont consciemment ou inconsciemment dits que si leur continent était attaqué les Etats-Unis seraient toujours là pour les défendre. Or, désormais, avec Donald Trump, seuls les Etats-Unis comptent. D’autre part, comme l’on fait un certain nombre de Juifs durant les années 30 alors que l’antisémitisme enflammait l’Europe, les Etats-Unis sont longtemps apparus comme un pays où certaines libertés et valeurs étaient garanties et où l’on pourrait toujours se réfugier. Il faut aujourd’hui prendre conscience à la lumière de ce qui se passe que ce refuge de dernier recours n’en est plus un. Il résulte de ce double constat que l’Europe doit prendre elle-même en main la propre défense de ses intérêts aussi bien dans le domaine économique que militaire, ce qui passe irrémédiablement par une Europe plus unie, et qu’il faut dans le quotidien se battre aujourd’hui et ici pour défendre les valeurs qui nous sont chères et auxquelles Donald Trump s’attaque Outre-Atlantique. C’est à cela que je m’attelle et c’est à cet édifice que j’essaie d’apporter ma pierre en qualité de président de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra) en Suisse.

Enfin, à l’heure où la droite française choisit son champion qui malheureusement affrontera sans doute Marine Le Pen lors du second tour des élections présidentielles, la victoire de Donald Trump sur Hillary Clinton nous enseigne qu’une femme ou un homme politique impopulaire un jour l’est pour toujours et qu’à l’heure actuelle un candidat impopulaire ne l’emporte plus contre un homme ou une femme politique populiste.

Que de larmes ont coulé sur mon visage en écoutant les chansons de Leonard Cohen ; elles ont également coulé en écoutant les résultats des élections américaines. Ce n’était malheureusement pas les mêmes larmes ! Un grand monsieur est parti, un sale type est arrivé.


< Retour au sommaire du blog "Kenel de Requin"




Rydge The International Arena is Shifting.

While I personally find some of Trumps beliefs disgusting, the sad truth is that millions of voters secretly agree with him. By openly expressing racism, Trump makes it difficult for mainstream politicians to court the racist vote with code words like "voter fraud.”

African & Hispanic Americans need a new deal from their next President, with clearer policies for creating jobs, protecting communities, making health care more affordable and renewing ghetto areas. Lifting minorities out of generational poverty enhances the probability of a better education, greater social cohesion and understanding across a multicultural environment.

Calmness and patience is now required to allow time for the new US President elect to prove himself, as the leader he seeks to be. Americans will clearly judge Trump on his achievements and the policies he delivers, the World now holds it’s breath.
14.11.2016 - 21:03

Ajouter un commentaire

Pour commenter les articles de L'Hebdo et des blogs, vous devez être connecté. Créez un compte ou identifiez-vous.
L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Cadrages

Xi le rouge



Idées & débats

En direct des blogs



Idées & débats

Courrier des lecteurs



Les rendez-vous du Forum



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs