Texte plus petit Texte plus grand Imprimer cette page

Un enfant n’est pas un problème social

Mis en ligne le 09.01.2014 à 11:25

Vincent Pellissier

L’initiative populaire «Financer l’avortement est une affaire privée – Alléger l’assurance maladie en radiant les coûts de l’interruption de grossesse de l’assurance de base » est encore une de ces initiatives dont l’intitulé frappe les esprits, mais qui rate sa cible sur le fond.

Il s’agit là encore d’une initiative à la con qui ne permet de résoudre aucun des problèmes liés à l’avortement et empêche tout débat serein.

Comme défenseur inconditionnelle de la vie, je refuse la banalisation de l’avortement. Cependant, je ne souhaite pas le retour par la bande à une pénalisation déguisée.

Cette initiative est contre-productive. En abordant uniquement la problématique financière, elle occulte l’aspect éthique qui mérite un débat plus large et met en péril la solidarité, principe de base des assurances sociales.

Il s’agit d’une très mauvaise question à un véritable problème qui nécessiterait pourtant des réponses intelligentes.

Aucune réponse à l'initiative n’est satisfaisante. Un refus donnerait un message catastrophique à la jeunesse. La culture du « tout gratuit » détruit les repères éthiques et le sens de la responsabilité. Une acceptation ne résoudrait pas non plus les situations de détresse. Tous les professionnels de la santé s’accordant pour reconnaître la précarisation des demandeurs d’IVG, ainsi que la pression psychologique de leur entourage.

La banalisation est une forme de lâcheté sociale. Il est donc temps de proposer des mesures concrètes, comme par exemple la création de fonds cantonaux de proximité destinés à encadrer les jeunes parents. Je reste convaincu que la proposition faite par le PDC lors de l’introduction du régime des délais en 2002, à savoir une consultation obligatoire chaque fois qu’un avortement est demandé, est une piste intéressante. Une telle consultation devrait permettre de présenter, de manière approfondie, à la personne vivant une grossesse non désirée, toutes les possibilités qui s’offrent à elle. De nombreuses institutions étatiques ou associations privées qui soutiennent les personnes confrontées au problème de l’avortement méritent également une aide plus appuyée du monde politique.

De telles actions doivent permettre de soutenir les plus vulnérables, en particulier les jeunes personnes, celles qui récidivent mais aussi protéger les enfants à naître.


< Retour au sommaire du blog "Blog dans le coin"



dehaudt Cher M. Pellissier, tout à fait d'accord avec vous sur les mesures concrètes à proposer. Seulement, ça fait 11 ans qu'on les attend, ces mesures concrètes, de la part d'un parti longtemps majoritaire en Valais. Et le risque est très grand qu'on les attende encore dans 10 ans parce que les politiques qui sont prêts à s'engager dans ce débat sont extrêmement rares vu qu'il n'y a pas beaucoup d'électeurs à gagner.
D'accord avec vous également sur la consultation obligatoire. Alors pourquoi le PDC n'a-t-il jamais relancé son initiative? 11 ans c'est pourtant long. Je peux vous le dire: parce que vous auriez eu exactement la même levée de bouclier qu'avec la présente initiative, les mêmes arguments comme quoi vous alliez entraîner des femmes, qui ne veulent pas passer par cette consultation obligatoire, à avoir recours à des réseaux parallèles et à des faiseuses d'anges, etc. etc.
Alors arrêtez votre bien-pensance et commencez par proposer une initiative intelligente avant de traiter les autres de c... d'autant plus qu'un tel langage est bien peu propre à quelqu'un qui se dit "démocrate".
09.01.2014 - 19:09
Vincent Pellissier initiative à la con... je n'ai traité personne de la sorte :-).

Ceci étant corrigé, je vous concède que sur le point des actions mon parti (et je m'inclu naturellement dans ce constat) n'a pas fait ce qu'il fallait.

Alors oui, je souhaite qu'il relance le débat, oui, je souhaite que les mesures d'accompagnement soient misent en place et oui, je fais aussi partie de ceux qui ont laissé cela de côté depuis 2002. Et je n'en suis pas très fier.

Cette initiative a le mérite de relancer le débat mais ne résous aucun problème. Cette initiative aura peut-être le mérite de réveiller nos consciences. C'est déjà ça :-)
09.01.2014 - 21:22

Ajouter un commentaire

Pour commenter les articles de L'Hebdo et des blogs, vous devez être connecté. Créez un compte ou identifiez-vous.
L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Projecteurs

Livre numérique



Croquis

Voir plus »
Jean-Louis Borloo affaibli quitte la présidence du parti centriste

Jean-Louis Borloo affaibli quitte la présidence du parti centriste

Plâtre et ciment

Plâtre et ciment

Budapest

Budapest

Pollution alternée

Pollution alternée

Relations diplomatiques et Crimée

Relations diplomatiques et Crimée


Voyages