Chères lectrices, chers lecteurs,

Nous vous informons que le dernier numéro de L'Hebdo paraîtra exceptionnellement le vendredi 3 février 2017.

En vous remerciant de votre compréhension.

Texte plus petit Texte plus grand Imprimer cette page


Biologie et plus si affinités. Toujours ouvert à la discussion rationnelle.


Des dons de mitochondrie plutôt que des enfants à trois parents

Mis en ligne le 11.02.2015 à 08:30

Marc Robinson-Rechavi

La semaine dernière, le titre était partout dans les médias : la Grande Bretagne autorisait les bébés à trois parents ! Cette façon de le décrire a été notée comme étant un peu sensationaliste par pas mal de chercheurs sur Twitter. En effet, et comme noté justement dans l'article de L'Hebdo lié ci-dessus, seule une minuscule portion de l'ADN est transféré. Il me semble que la formulation utilisée par le Welcome Trust, organisation médicale puissante (et riche) ayant soutenu la mesure, est plus correcte :

En effet, il s'agit davantage d'un don de mitochondrie que d'un troisième parent.

Les mitochondries sont de petites structures au sein de nos cellules, qui ont la particularité d'avoir évolué à partir de bactéries en symbiose avec nous (et tous les autres êtres vivants que vous voyez à l'oeil nu, et bien d'autres). Il leur reste de ce passé de bactéries libres et fières leur propre ADN avec leurs propres gènes (on rappelle que les gènes sont des segments d'ADN). Mais très peu, pour la plupart des choses elles dépendent de la production de nos gènes. Nous avons environ 20'000 gènes codant pour des protéines (20'364 d'après un décompte, 19’942 d'après un autre [voir aussi ce dernier lien pour une explication de la difficulté de compter]) dans notre génome "nucléaire" (les 23 chromosomes), et 13 dans nos mitochondries. Ces 13 gènes codent pour des fonctions très fondamentales de la cellule (la respiration, à savoir la conversion de l'énergie contenue dans les molécules de nourriture en énergie utilisable par la cellule), et donc ne portent pas sur les caractéristiques typiques différentiant les personnes, que ce soit l'aspect physique, le caractère, etc. En comptant les gènes codant pour autre chose que des protéines, il y en a 37 dans l'ADN mitochondrial, et environ 44'000 dans le génome nucléaire.

Pourquoi des dons de mitochondries ? Parce que chez certaines personnes un de ces gènes disfonctionne, et comme il s'agit de fonctions fondamentales, c'est très grave. D'où maladie (génétique, puisque ça vient d'un gène). Or si pour les gènes nucléaires chaque bébé hérite d'une copie maternelle et une copie paternelle, pour les mitochondries c'est uniquement maternel. Ce qui veut dire que si la mère a une maladie génétique mitochondriale, c'est certain que le bébé l'aura. Alors que pour les gènes nucléaires, une bonne copie du gène (héritée d'un des parents) peut souvent sauver une mauvaise copie (héritée de l'autre parent), pour les gènes mitochondriaux, il n'y a qu'une copie venant de la mère. Point de salut. D'où la solution du don de mitochondries saines, venant d'une autre femme.

Une question toute bête qui vient à l'esprit est : pourquoi pas utiliser les mitochondries du père ? C'est parce qu'en fait on ne prend pas juste les mitochondries toutes nues, ça ne marche pas. A l'inverse, on prend le noyau de l'oeuf fécondé par les deux parents (le noyau étant la partie de la cellule qui contient les 23 chromosomes), et on le met dans la cellule à mitochondries saines, à laquelle on a enlevé le noyau. Après, tout le reste de la cellule va se renouveller sur la base des gènes transférés, et donc répercuter les gènes des parents, et seules les mitochondries resteront avec l'ADN de la doneuse. On peut aussi d'abord transférer seulement le noyau de la mère, puis féconder. Mais en tous cas pour marcher, ce transfer doit se faire dans une cellule d'ovule ou d'oeuf. Donc une cellule de femme. Donc pas du père. Ach so.

Une vision un peu différente sur l'excellent blog (anglophone) d'un chercheur en cellules souches, Paul Knoepfler : Top 10 myths about 3-person IVF mitochondrial transfer.


< Retour au sommaire du blog "Le sens du vivant"




Skrol29 Article bien expliqué et qui éclaire un sujet passé dans l'actu.
Donc finalement cette technique améliore le brassage génétique :-)
Remarque : avant le lire l'article, le titre laisse penser qu'il y aurait une meilleur solution que celle des « enfants à trois parents », alors qu'en fait il faut comprendre qu'il y a une meilleur formulation.
12.02.2015 - 14:10
Marc Robinson-Rechavi test de commentaire 12.02.2015 - 14:18

Ajouter un commentaire

Pour commenter les articles de L'Hebdo et des blogs, vous devez être connecté. Créez un compte ou identifiez-vous.
L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Idées & débats

Réactions



Projecteurs

Le Forum des 100



Les rendez-vous du Forum



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs