Texte plus petit Texte plus grand Imprimer cette page

Une médecine qui prédira!

Mis en ligne le 20.02.2016 à 15:36

Xavier Comtesse

Le séquençage du génome, la digitalisation des dossiers patients, les capteurs du digital health, le self quantified, les données non structurées du Big Data, Watson, etc.,  sont tous des éléments incontestables d'une grande transformation de la médecine.

Depuis tout temps, les médecins ont essayé d'établir leurs diagnostics et leurs prescriptions à partir des informations fournies par le malade et les examens médicaux.

Ces informations étaient alors limitées dans la quantité et dans le temps.

Aujourd'hui et surtout demain, les informations seront plus qu'abondantes ... elles seront pléthoriques... mais grâce à la "data analytic", au "data mining", à la "machine learning", etc. tout va changer... on entre rapidement dans une ère dite de la "médecine prédictive".

 

Tout a commencé avec l'apparition de la génomique

C'est à la fin du siècle dernier et grâce aux progrès technologiques que le nombre et les sources d'informations se sont diversifiés et que l'information à disposition du médecin a été considérablement enrichie notamment grâce aux progrès de la biologie et de l'imagerie médicale mais surtout de la génomique.

C'est ainsi que le médecin a commencé à disposer de données toujours plus nombreuses et précises pour l'aider dans son diagnostic et le guider dans sa prescription.

Tout cela, c'était encore avant les Big Data, le self quantified et les capteurs, ... Aujourd'hui le praticien est noyé sous l'information ... il va devoir faire appel à des moteurs d'analyse du genre Watson qu'IBM est en train de préparer!

 

Des données non-structurées ... de plus en plus pertinentes

Ainsi la rencontre entre les sciences de la vie et la mathématique, celle des données massives et des algorithmes va changer profondément la médecine. Maintenant que l'on a à la fois la capacité de capter d'énormes quantités de données hétérogènes et complexes et d'en assurer le traitement pour en extraire une information pertinente les choses évolue rapidement.  

Maintenant que l'on est capable d'associer des données issues des moyens traditionnels avec celles produites par la jungle des objets connectés qui est en train d'envahir nos vies, sans oublier ces milliards de données aujourd'hui sans intérêt d'ordre médical, comme les services de géolocalisation, de blog ou de tweets, d'achat commercial en ligne et de paiements électroniques ou tout simplement de nos déplacements consignés sur nos montres connectées, la médecine prend un virage massif vers le "pouvoir des données plus que des molécules.

En quelque sorte, on quitte le "driver" du vivant pour celui de l'information portant sur le vivant.

Toutes ces données, souvent insignifiantes mais qui une fois traitées et analysées par des formules mathématiques appropriées et de puissants outils numériques, vont devenir souvent plus pertinentes que celles recherchées par les généticiens dans le tréfonds de nos cellules.

 

Plus seulement le résultat d'un seul examen

Demain, la donnée de santé ne sera plus seulement le résultat d'un examen ou d'un acte médical, voir d'un décodage du génome mais bien celui d'un processus long de type algorithmique destiné à mettre à jour une information médicale permanente.

Car l'irruption du Big Data n'est ni anodine, ni fortuite dans le monde des algorithmes. Il faut désormais voir les phénomènes et les bouleversements qui accompagnent le développement du numérique comme le signe d'une autre et profonde transformation, cette fois-ci sur notre vision du monde de la santé.

 

Médecine prédictive et personnalisée

Il est intéressant de constater que cette révolution de l'algorithme converge aujourd'hui avec une nouvelle approche de la maladie et des moyens pour la combattre.

L'expression la plus marquante de cette nouvelle approche est sur le plan du médicament, l'arrivée de classes thérapeutiques comme les antirétroviraux ou l'immunothérapie ainsi que de nouveaux traitements comme les nano-médicaments, les anticorps monoclonaux ou les vaccins thérapeutiques qui marient la vocation à combattre la maladie avec celle d'aider le corps à s'en débarrasser.

Mais aussi, le développement de la «médecine personnalisée» permet d'ajuster le traitement du patient tout en dépassant le pur décodage du génome pour accéder aux informations non structurées. Ceci permettrait un traitement plus approprié dans la durée. 

 

Watson veut prédire ... avant de guérir !

Le Big Data, c'est enfin la possibilité non plus seulement de prévenir mais surtout de prédire. Ce qui transformerait la maladie perçue depuis la nuit des temps comme une fatalité en un événement prévisible, traçable et espérons-le guérissable-

Les promesses du Big Data sont ainsi immenses et rappellent à bien des égards, celles du début de la génomique.

IBM a annoncé tout récemment vouloir racheter Truven Health Analytics pour 2,6 de milliards de dollars, pour faire de sa division santé Watson Health un des plus grands lieux de stockage de données médicales au monde.

Les données proviennent des milliers d’hôpitaux, sociétés et administrations des états fédéraux américains. Watson Health sera alimenté par les médecins, épidémiologistes, statisticiens et experts créant des données de très haute précision et valeur.

Truven possède un portefeuille de 8000 clients, comprenant hôpitaux, médecins, entreprises privées et agences gouvernementales. Elle est la troisième entreprise de données à avoit été acheté par IBM et la quatrième acquisition depuis la naissance de Watson Health,  il y a 10 mois.

L’achat de Truven permet à IBM Watson de doubler de taille et passer à presque 5 000 employés. Quand l’achat sera finalisé, IBM aura investi plus de 4 milliards et Watson Health deviendra le leader mondial des données médicales et analytiques.

L’entreprise sera la seule à pouvoir efficacement exploiter les capacités cognitives uniques de la plateforme Watson.

 

(Références: ce texte a été largement inspiré, copié et détourné du blog du 17 février de Noujoude.wordpress.com et pour la partie concernant Watson de celui du 19 février de Oxana G. sur Objetconnecte.com)

 


< Retour au sommaire du blog "Un tsunami numérique révolutionne la santé!"




hubert.giot on peut prédire ce qui est prévisible, dont tous les paramètres sont connus, comme au jeu d'échecs. Mais ce n'est pas vrai en ce qui concerne la vie:
- d'abord notre génome comprend une grande partie non codante et dont la fonction biologique reste inconnue.
- ensuite notre environnement n'est pas figé: toute la vie évolue autour de nous, de nouveaux virus apparaissent et posent de nouveaux défis. La résistance aux antibiotiques devient de plus en plus difficile à contrer ...
Penser que Watson pourrait tout prédire un jour équivaut à affirmer que nous sommes prédestinés comme certaines religions le prétendent ou comme disait Einstein "Dieu ne joue pas aux dés" .
On sait maintenant qu'il se trouve toujours une part d'incertitude qui peut tout changer et que parfois un battement d'aile de papillon peut déclencher une tornade à l'autre bout du monde.
Aucun outil ne permettra jamais d'anticiper des changements infimes qui auront pourtant une influence majeure sur le futur.
Heureusement, sinon la vie deviendrait ennuyeuse !
20.02.2016 - 16:21
malalethique ouf ! Heureusement , la vie est encore la vie dans tout son mystère
il est encore possible de réfléchir avec ses pensées, son cerveau, sans avoir un prolongement BIG DATA sortant de l'oreille ni un smartphone au bout du doigt.
Les progrès sont toujours intéressants si on en devient pas les esclaves .
Il me semble que la facilité de toute cette technologie , par exemple les réseaux sociaux rend les gens imbéciles , ils adhèrent facilement à n'importe quoi sans réflexion ni recul
22.02.2016 - 14:47

Ajouter un commentaire

Pour commenter les articles de L'Hebdo et des blogs, vous devez être connecté. Créez un compte ou identifiez-vous.
L'Hebdo

Cette semaine
dans l'hebdo

ePAPER


Cadrages

Être Suisse



Idées & débats

Le courrier des lecteurs



Nos Hors-séries

Voyages


Prix des lecteurs